Impôt des PVTistes

 Comment fonctionne l’impôt des PVTistes?

Les détenteurs de PVT, de jeune professionnel ou de tout autre visa de travail temporaire canadien sont tous imposés de la même sorte, soit comme un résident aux fins d’impôt canadien et sont donc imposés comme un résident permanent ou citoyen canadien.

Alors pourquoi est-ce que les remboursemenst d’impôt des PVTistes sont si imposants, contrairement à leur collègue résidents permanents ou citoyens qui travaillent pour la même entreprises?

Pour comprendre l’impôt des PVTistes, il faut d’abord comprendre comment l’impôt canadien fonctionne. L’impôt est prélevé à la source. C’est à dire que l’employeur perçoit lui-même l’impôt sur le salaire de ses employés et le remet à Revenu Canada et Revenu Québec. L’employeur regarde combien son employé a gagné en deux semaines et prélève sur une prévision annuelle, comme si toutes les payes seraient similaires durant l’année. De sorte que, en fin d’année lorsqu’il est temps de déclarer ses impôts, le contribuable a déjà payé ce qu’il avait à payer. Il ne reçoit rien et ne doit rien, et ce que l’employé gagne un salaire fixe annuel de 20 000$ ou de 100 000$.

Les PVTistes ont souvent de la difficulté à se trouver un emploi et sont plusieurs semaines et même mois sans revenus en sol canadien. Lorsqu’ils se trouvent enfin un emploi, la retenue à la source est erronée. L’employeur prélève comme si son employé travaillerait toute l’année, alors que dans les faits, il n’y a travaillé que quelques mois.

Par exemple, un revenu annuel de 30 000$ coûte en impôt environ 4000$. Si l’employé a travaillé du 1er décembre au 31 janvier de l’année fiscale, le moment venu de déclarer ses impôts, s’il n’a droit à aucun crédit, il ne devra rien au gouvernement et le gouvernement ne lui devra rien, tant que les prélèvements à la source ont été bien faits.

Si un PVTiste travaille à cet emploi pendant 4 mois durant l’année, il ne gagnera que 10 000$. À un revenu de 10 000$ le gouvernement n’impose pas. Le contribuable n’a pas à payer de l’impôt. Par contre, L’employeur retiendra sur ses payes de l’impôt sur une prévision annuelle de 30 000$, donc 4000$ X 12 / 4 soit 1333$. Le PVTiste touchera donc l’entièreté de ces impôts prélevés en trop, le moment venu de déclarer ses impôts.

De plus, l’impôt fonctionne comme suit : pour un salaire annuel de 0 à 12 000$ aucun impôt n’est demandé par le gouvernement. Tous les dollars supplémentaires gagnés (seulement les supplémentaires, pas la totalité) sont imposés à 27%. Mais cette limite non-imposable est calculée au pro-rata selon le temps passé en sol canadien. SI un PVTiste ne passe que 6 mois sur une année fiscal, il a le droit de gagner 6000$ sans être imposé, 3 mois, 3000$, etc… En d’autres termes, si quelqu’un travaille du 1er janvier à sa date de départ, le résultat, du point de vue de remboursement, est le même que si la personne avait travaillé jusqu’au 31 décembre. C’est simplement que son année fiscale aura durée 6 mois, 9 mois…

 

Crédits et déductions pour l’impôt des PVTistes :

Les PVTistes ont droit aux mêmes crédits que les citoyens et résidents permanents. Toutefois certains crédits sont retrouvés plus régulièrement dans leurs conditions. Ils ont d’abord le droit de déclarer l’assurance payées chez Globe Partner de 356.40 euros, de même que tous les frais médicaux payés durant l’année non-remboursés ou partiellement remboursés par cette assurance. Par exemple les frais de dentiste, d’optométriste, de prescription de lunette, d’acupuncture, de psychologue… Ils ont également le droit de déclarer les passes d’autobus hebdomadaires ou mensuelles. De plus dès leur arrivée en sol canadien, ils ont droit à certains crédit. Crédit qui peuvent être récupéré avec un amendé.Tous ces crédits réduiront l’impôt des PVTistes dans le cas où il a assez gagné d’argent pour être imposable.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire