Aller au contenu

Certains biens gardent une valeur de revente comme une voiture, un appareil photo ou une table de massage. Dans ce cas, on ne peut pas déduire la valeur totale du bien l’année de l’achat, il faut l’amortir, c’est-à-dire déduire un pourcentage de la valeur résiduelle.

 

Règle générale, les biens valant plus de 200$ doivent être amortis.  Chaque bien se trouve dans une catégorie donnée et déterminée par Revenu Canada. Par exemple, un ordinateur se trouve dans la catégorie 50 et peut se faire déduire à 55%, tandis qu’un bureau se trouve dans la catégorie 8 et peut se faire amortir à 20%.  À noter que l’année de l’achat on a droit à seulement la moitié du taux attribué à l’article selon sa catégorie. Cela s’explique par le fait que par exemple, un ordinateur acheté le 31 décembre d’une année n’aura pas perdu 55% de sa valeur le lendemain, le premier janvier de l’année suivante. Le gouvernement a donc décidé de couper la poire en deux. Le tableau suivant donne l’exemple d’un ordinateur acheté 1500$ avec un taux d’amortissement de 55%.

 

Année Valeur du bien (FNACC) Montant déductible (taux 55%) Valeur résiduelle
An 1 1500$ 412,50$ (règle demi année) 1087,50$
An 2 489,38$ 269,16$ 220,22$
An 3 220,22$ 121,12$ 99,10$
An 4 99,10$ 54,50$ 44,59$

 

Notons que l’amortissement ne prend jamais fin puisqu’on déduit le pourcentage de la valeur résiduelle et non initiale, mais après quelques années, la déduction devient négligeable.

 

Au cours des années de pratique du travailleur autonome, on tiendra compte des ventes et achats d’équipement informatique (ou tout autre item dans une autre catégorie) et on ajoutera et déduira ces montants à la valeur du bien (Fraction Non Amortie du Coût en Capital (FNACC) pour être plus exact). Lorsque le travailleur autonome cesse sa pratique ou prend sa retraite, on se retrouve avec une valeur comptable du parc informatique. Si en vendant (ou en se débarrassant) de son matériel informatique le travailleur autonome se retrouve avec un montant inférieur à la valeur comptable, le travailleur inscrit une perte finale (il déduit la différence dans sa dernière déclaration de revenu). Si au contraire, la vente de garage est bonne et que la valeur des ventes est supérieure à la valeur comptable, il doit alors inscrire une récupération d’amortissement (un revenu provenant de la différence entre les montants).

 

À noter que votre préparateur de déclaration de revenu suit l’amortissement avec son logiciel et donc il n’est pas nécessaire de mentionner les achats des années passées. Seuls les achats et ventes fait en cours d’année doivent être mentionnés. Toutefois si vous souhaitez changer de préparateur, l’année où vous changez, il est primordiale de fournir la déclaration de l’année précédente et mentionner à votre nouveau préparateur que vous avez des amortissements.

En résumé, vous devez simplement mentionner tout achat et vente de biens qui ont été initialement payé plus de 200$ et fournir un descriptif de l’item, votre préparateur fera le reste!